13 avril 2016

Le bilan




De retour en Martinique, la boucle est bouclée ! C’est l’heure du bilan, à première vue quelque chose de pénible car cela signifie la fin de notre voyage de rêve, du voyage d’une vie. Finalement cet exercice n’est pas désagréable, bien au contraire ; le voyage est passé vite mais en regardant dans notre sillage, on se rend compte de la route accomplie. Un certain nombre de questions se dressaient en effet devant nous avant le départ. Souvent notre entourage nous les posait ; et même si nous n’étions pas sûrs de nous, nous répondions toujours avec aplomb. Le fait de parler de notre projet nous interdisait aussi de revenir sur notre décision de partir, une parole est une parole. Les principales questions étaient les suivantes : Allions-nous vraiment partir ? Le moment était-il bien choisi au cours de notre vie/carrière ? La zone de navigation des Antilles était-elle adaptée ? Le jeune âge des filles allait-il poser problème ? Ce voyage était-il compatible avec une grossesse ? Malgré la menace du Zika ? Allions-nous savoir gérer le bateau en toute sécurité ? Les réponses à ces questions paraissent aujourd’hui évidentes. Ce qui est probablement bon signe.
Partir or not 
Organiser un voyage de plusieurs mois pendant une carrière n’a rien de facile ! Jusqu’au bout nous avons failli abandonner notre projet. Il n’est pas évident de dire à des patrons qu’on ne peut pas prendre un poste car on va se la couler douce pendant 6 mois aux Antilles. On peut être étiqueté de « tire au flanc ».  S’ajoute à cela dans nos métiers très techniques, la crainte de revenir en ayant perdu le niveau atteint avant le départ. Au final, ce projet ne nous porte pas préjudice et plutôt attise la curiosité des gens. On m’a souvent fait la réflexion : « C’est/c’était mon rêve et je n’ai pas eu l’occasion/le courage de le faire ». Finalement nous avons appris beaucoup de choses sur nous-même pendant ces quelques mois sur la mer. Appris à gérer des situations dangereuses, prendre des décisions rapidement et
sans hésiter, anticiper les problèmes et surtout prendre le recul, tout ceci étant des bonus pour notre carrière future.
West Indies 
La zone de navigation pouvait sembler restreinte ou ne faisant pas « rêver », nous qui rêvions de traversées transocéaniques et de passage de caps ! La grossesse de Marie et les enfants ont calmé nos ardeurs en se limitant à la mer des Caraïbes. Les a priori sont vraiment nos ennemis, car cet arc antillais est un véritable joyau, idéal à la navigation en voilier. Plusieurs navigateurs nous l’ont confirmé. Ce plan d’eau combine bonnes conditions de vent, proximité des îles, qualité des mouillages, chaleur de l’eau… Chaque île est distante d’une vingtaine de mille en général ce qui permet de changer facilement d’ambiance car elles ont toutes leurs spécificités géologique et culturelle. Malgré certaines destinations assez touristiques, on a toujours pu trouver des coins préservés. La navigation était parfois musclée, surtout dans les canaux qui séparent ces îles, créant un effet venturi entre l’Atlantique et la mer des Caraïbes, sans jamais être dangereuse (on n’a pas rencontré de vent supérieur à force 7). Pour le programme de nav, le catamaran a été une super découverte, nous qui jurions seulement par le monocoque ! Le fait de ne pas gîter permettait toujours aux filles de se déplacer facilement. Nous avions également une place énorme à disposition, puisque nous occupions un seul des deux flotteurs. Cela nous a permis d’être à l’aise et d’accueillir les invités dans des conditions idéales. Au niveau comportement, ce bateau était très marin avec des performances appréciables.
Les nouches 
La vitesse d’adaptation des filles à leur nouvel environnement nous a vraiment impressionnés. Dès le premier jour, leur nouvelle maison était adoptée ! Nous avons vite privilégié les navigations pendant leur sommeil (sieste ou nuit), elles se réveillaient comme des charmes ! C’est vrai que les navigations n’ont pas beaucoup d’intérêt pour elles. Et nous pouvions savourer pleinement les nav sans devoir assouvir leurs souhaits dans la minute, ce qui n’est pas toujours évident quand les conditions de mer sont difficiles. Nous avons surtout pris conscience de la chance de passer 100% de notre temps avec elles, une chance qui ne se reproduira sans doute jamais pendant une si longue période. On a pu apprécier leurs progrès au jour le jour, en même temps que les caprices et autres colères qui vont avec mais ce qui est tellement normal. C’est assez bluffant de voir comment les filles ont favorisé le lien social avec les locaux et les autres voileux. La vision de deux têtes blondes donnait souvent l’occasion d’engager la conversation : « are they twins ?» et la sympathie. Elles se retrouvaient donc souvent à manger des kilos de bananes offerts dans les marchés ou à faire des baisers aux boyboats.
Grossesse et voile 
La grossesse de Marie est une grande joie. On était serein pour partir. Cependant, les premières navigations étaient rendues difficiles par les nausées qui se surajoutaient au mal de mer. Problème qu’elle n’avait jamais rencontré auparavant ! Malgré quelques navigations difficiles, surtout la traversée jusqu’en République Dominicaine, le voyage a été une occasion rêvée de repos et de no stress pour cette grossesse qui se passe sans encombre. Le suivi a été réalisé sur les différentes îles françaises (Saint Martin, Martinique) avec un protocole antillais un peu différent de nos habitudes parisiennes. Mais cela nous a plu de démédicaliser un peu cette aventure. Pas de problème de Zika à signaler a priori, il y a très peu de moustiques aux Antilles et en particulier sur un bateau au mouillage. Sur place, on entend très peu parler du problème et ça semble plus préoccupant vu de métropole ! Finalement la plus grande difficulté a été pour nous l’alimentation lors des séjours aux Grenadines puis aux Vierges. Il était difficile de trouver des produits frais bon marché et des protéines. On s’est bien rattrapé sur les autres iles et cela nous a donné l’occasion de devenir des maitres laitiers, boulangers, pêcheurs….
Devenir skipper 
Je ne vais pas vous cacher que nous avions un peu la pression lorsque nous sommes arrivés au Marin et que nous avons découvert le mastodonte que nous allions louer pendant 5 mois (12 mètres de long pour 6m50 de large). Certes Marie est monitrice de voile avec une expérience de régate en 420 et je suis habitué à naviguer en croiseur, mais c’était pour nous une grande première d’avoir notre catamaran à nous ! Lors de la prise en main avec Paul (notre loueur) nous avions l’impression de passer un véritable examen ! Au final, on a été validé et tout s’est bien passé par la suite. Toujours en sécurité (gilets de sauvetage en permanence, attachés à la ligne de vie quand le vent est au-dessus de 20 nds ou la nuit, voilure réduite dès 20 nds, etc…). Avec l’expérience, les rencontres avec d’autres voiliers, les automatismes sont venus, et nous avons appris à devenir des skippers antillais. Nous avions un suivi attentif à terre par Henri et Stéphane qui nous envoyaient fréquemment des SMS iridium pour des points météo et autre. En tant que couple, la navigation a permis de grands moments de plaisir mais aussi (et je crois que c’est normal) l’occasion de crispations et parfois de cris. Mais finalement avec l’expérience et surtout quand les moteurs ont été réparés, tout s’est simplifié et coule de source aujourd’hui.
Partage 
Ce voyage n’a pas été qu’une aventure de notre cocon familial, nous avons eu l’occasion d’accueillir des amis et de la famille à bord. Les marins anglosaxons disent que le calendrier est l’ennemi du marin, car il conduit à prendre la mer lorsque les conditions météo ne sont pas favorables. C’est vrai, le fait de devoir retrouver les différents invités nous a amené à parfois nous presser. Mais globalement tout s’est bien goupillé ! Nous avions prévu des marges de sécurité et avons pu naviguer quand les conditions étaient bonnes. Les retrouvailles étaient toujours émouvantes, avec, au cours du séjour des invités, une ambiance festive. Notre voyage a été l’occasion de rencontrer d’autres familles navigantes et de partager nos coups de cœur et difficultés. C’est assez amusant de constater la similitude de nos impressions et de partager les joies et difficultés de la vie sur un voilier. Chose qu’on ne peut pas faire avec des métropolitains ! Il serait malvenu de se plaindre des réveils répétés la nuit pour fermer les hublots en cas de grain…

En plus d’une aventure formidable, ce voyage a été aussi l’occasion d’une pause dans notre vie. Après un internat difficile, une vie parisienne qui défile à 100 à l’heure, avec des réseaux sociaux omniprésents, avec les attentats et les catastrophes humanitaires…. Nous avons pu prendre du recul et redéfinir nos objectifs de vie, les choses de valeur. Nous avons progressivement enlevé notre carapace de citadin pressé, blessé et sur la défensive. Ce qui nous a permis d’avoir une réflexion plus libre. Nous nous sommes rendu compte que la qualité des rapports humains primait à nos yeux. Dans notre vie privée, choyer nos amis et notre famille. Dans notre métier, qui est pour nous le plus beau du monde, prendre du recul sur la technique qui est souvent prépondérante en chirurgie et en coronarographie et qui risque de prendre le pas sur le rapport humain avec les patients.
Au final, ce voyage a été très positif et nous avons hâte de retrouver nos familles et amis. Et surtout d’accueillir notre bébé créole au mois de juin, élevé aux accras !

PE


Le Diamant et la lune

5 commentaires:

  1. BRAVO. C'est émouvant de lire ce bilan. Tellement contente de vous embrasser très bientôt. On vous attend!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique bilan!! Et on a hâte de le partager de vive voix!! Bises à tout l'équipage!

    RépondreSupprimer
  3. Un grand bravo à tout l'équipage d'YSUN. Vous suivre sur ce blog à été un grand plaisir et nous a permis de partager un peu avec vous vos nav et vos émotions. J'espère que Delphina vous permettra de prolonger le plaisir de naviguer en famille, malgré son unique coque!
    Bon retour

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Hello cousin et cousine, très joli mot de fin...mais comme tu le laisses entendre, Pierre-Emmanuel, une nouvelle page de vie s'ouvre à vous ! Bravo et hâte de vous voir que vous nous racontiez tout ça !
    Je vous embrasse
    Anne-Sophie

    RépondreSupprimer