15 janvier 2016

Du lundi 11 au vendredi 15, Ile de Saona et Bayahibé

Le lundi 11, Papa et Thaïs nous rejoignent sur le bateau. On est ravi de le leur présenter. Le soir-même, on prend la mer pour une navigation de nuit vers le sud de la République Dominicaine.
Au coucher du soleil, on aperçoit une baleine au loin dans le canal de la Mona. Malheureusement, elle s’éloigne vite.
La nav se passe très bien, avec 12 nds de vent au portant. Nos nouveaux arrivants assurent grave, et ils ne sont même pas malades ! Au petit matin, on arrive dans un mouillage de rêve au sud est de la RD, en face de l’île de Saona. Toute la zone est une réserve naturelle. Le mouillage est une grande piscine (d’ailleurs il est appelé La Pisicina, bien vu !), avec des eaux peu profondes, une eau turquoise et des étoiles de mer par centaines. Si peu profonde que malgré un contrôle attentif du sondeur, on se retrouve échoué sur un banc de sable tellement on voulait se rapprocher de la piscine pour faire plaisir à Thaïs ! PE saute à l’eau (à 6h30 du matin…) et a de l’eau jusqu’à la taille ! Comme le dit un proverbe breton, « quand les mouettes ont pied, il est temps de virer »… On tente plusieurs manœuvres de déséchouement, au moteur d’abord, puis en essayant de faire gîter le bateau en tractant la drisse de spi avec l’annexe, comme en monocoque (illusoire sur un catamaran !!!!), puis en tractant le bateau avec l’annexe pour le faire pivoter. Finalement, on y parvient avec un bon coup de marche arrière combiné à une traction rotative de l’annexe. Soulagé, on s’éloigne bien vite et on va mouiller dans une eau un peu moins turquoise mais bien plus profonde ! Après une inspection minutieuse de la coque, on est complètement rassuré, aucun dommage à signaler, c’était heureusement du sable.
On passe la journée à « la piscine », où l’on est bientôt rejoint par des hordes de bateaux à moteur déversant des flots de touristes avec musique à fond et rhum à volonté.
Le soir, les filles ouvrent leurs cadeaux de Noël apportés par Papa et Thaïs de la part des grands-parents. Il y a aussi plein de petites surprises de Maman et Henri comme du chocolat et des rillettes de saumon. C’est la fête à bord !
Le lendemain, on met le cap sur l’île de Saona, joyau dominicain bordé de plages de rêve. Les filles profitent du savoir-faire de leur tante en matière de châteaux de sable.





On rejoint le mouillage de Bayahibé le jeudi, après une super nav de 10 milles au portant, sur une mer plate, avec 16 nds de vent, idéal pour s’essayer aux manœuvres.

Malheureusement, les filles ont 39°C de fièvre et sont franchement fatiguées. Elles ont dû attraper un petit virus.

11 commentaires:

  1. Merci ma Tounette pour ton joli commentaire, j'imagine la joie des filles de retrouver leur Tatititou.

    RépondreSupprimer
  2. Premier contact avec la civilisation ( Club Med !) et les filles chopent un virus; quelle bénédiction de les savoir à l'abri tout l'hiver sur Ysun sain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hiver prochain va être rude, avec l'école pour Raphaëlle!

      Supprimer
  3. On a failli se faire avoir à la piscine aussi en explorant pour trouver un passage vers le petit canal qui passe entre Saona et la côte!! Le sondeur indiquait 0,8m gloups! Par contre on a rien touché. J'avais mis un pied de pilote de 50cm sur le sondeur, ça a du raser de près mais effectivement il y a bcp de sable. Une bonne frayeur à l'époque dont je ne me suis pas vanté (y compris sur le blog lol)
    Quand les touristes sont partis c'est un endroit extra. Des raies partout! Et les petits pêcheurs qui vendent les sacs de petites langoustes? Toujours là?

    Bise à tous, j'espère que les filles vont se rétablir vite! Un conseil: évitez les clubs meds et la civilisation, au mieux, mettez le cap sur les Marquises et installez vous là bas ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non plus de pêcheurs malheureusement, on s'est bien rattrappé en dégustant des langoustes à Bayahibé, grillées au barbec! Un régal!
      Les Marquises, on y pense ;-)

      Supprimer
    2. PS: le sondeur indiquait 2.60m ( soit 4.20 m avec le pied de pilote), quand on a talonné... No comment

      Supprimer
  4. Tu as essayé d'étalonner ton sondeur avec le fil à plomb? Je l'ai refait 2 ou 3 fois par contre, de mémoire je n'ai jamais eu de grosses corrections à apporter... Sinon le sondeur est KO :( Peut être aussi que les fonds remontaient hyper vite ce qui ne m'étonnerait pas vu l'endroit.... Tu as résolu tes soucis d'ancre et de cones?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non le sondeur est correct en vérifiant avec la sonde à main. Ça remontait juste très vite et le fond était irrégulier pcq la coque TB ne touchait pas. On est à casa de campo, on a vu Philippe kuntz qui est très sympa. On a redressé l'ancre avec une masse que j'avais acheté à bayahibe pour 20 euros (on sait jamais si ça recommence !). Par contre pour les cônes il m'a dit qu'il fallait sortir le bateau et ici fallait même pas y penser. Donc on va rester comme ça... en tout cas il était content de revoir Ysun !

      Supprimer
    2. Non le sondeur est correct en vérifiant avec la sonde à main. Ça remontait juste très vite et le fond était irrégulier pcq la coque TB ne touchait pas. On est à casa de campo, on a vu Philippe kuntz qui est très sympa. On a redressé l'ancre avec une masse que j'avais acheté à bayahibe pour 20 euros (on sait jamais si ça recommence !). Par contre pour les cônes il m'a dit qu'il fallait sortir le bateau et ici fallait même pas y penser. Donc on va rester comme ça... en tout cas il était content de revoir Ysun !

      Supprimer
    3. Pour les cônes je pensais qu'il l'auraient fait en chantier entre les 2 loc... Ceci dit ils l'ont peut être fait mais c'était pas suffisant... Dire qu'on a failli acheter ce bateau! On aurait eu quelques frais!! Ceci dit, on s'y fait facilement à mettre un coup de marche avant avant de passer la marche arrière pour que les cônes adhèrent... Ca n'arrange pas les efforts sur le shift selector du saildrive tout ça...
      Elle a bien supporté le "détordage l'ancre"? Elle connait bien ça, elle l'a vécu au même endroit il y a à peine 1 an ;) Par contre ça va être difficile de ramener la masse en France ;)
      A Bayahibé, ne loupez pas la petite marchande de fruit du parking des bus. Elle fait des "plata de frutas" à 1$US qui sont succulents! Et faites une provision de Ron Barcello à 500RD au café Presidente sur la place devant le supermarché. C'est un des rhums les plus sympa de la caraïbe. Enjoy! Ici il fait... -5°C!

      Supprimer